Un tueur de chats en série aurait fait plus de 400 victimes en 2 ans!

0

Tony Jenkins, cofondateur de l’association de protection des animaux Snarl, recense les victimes d’un tueur en série de chats depuis 2 ans. Au total, il a trouvé 400 victimes. Des chats, mais aussi des renards et des lapins.

Cette automne, Tony a encore fait une macabre découverte: le cadavre d’un chat à la tête et la queue coupées.

«C’est clairement une victime du tueur», explique-t-il à l’AFP, évoquant des chats «présentant exactement les mêmes caractéristiques» retrouvés «dans toutes sortes d’endroits», à Londres, Brighton et Northampton.

Les cadavres des animaux décapités sont parfois placés sous la fenêtre de leur propriétaire ou près d’une école ou d’un parc où ils seront assurément retrouvés.

«La police croit qu’une personne ou un groupe de personnes (…) sont responsables des morts et mutilations », déclare Scotland Yard, refusant toutefois de commenter la théorie du «tueur en série».

Selon Tony, le tueur serait un homme blanc dans la quarantaine, d’environ 1,80 mètre et qui aurait grandi à Croydon.

L’assassin «doit être capable d’attirer l’animal, de le tuer sans être griffé, de le disséquer, de placer le corps dans un endroit où il peut être vu, et tout cela discrètement», explique le professeur en criminologie de l’université de Nottingham, Vincent Egan.